lunes, octubre 28, 2013

Fanny Ardant pour remplacer Isabelle Adjani en Résistante sur TF1

News Ciné-Séries Après le forfait d'Isabelle Adjani, Fanny Ardant a accepté de tenir le rôle d'une femme torturée par Kalus Barbie dans la série de prestige que prépare TF1 sur la Résistance.
Isabelle Adjani devait tenir l'un des rôles d'une série en préparation pour TF1, Résistances. L'actrice française était prévue pour une participation exceptionnelle de quelques jours, à des dates qui ne pouvaient pas être modifiées. Mais, elle a dû renoncer à cause d'une opération chirurgicale nécessitant un repos de plusieurs semaines.
Le réalisateur Miguel Courtois, la production et TF1 ont dû se tourner vers une autre actrice pour tenir le rôle de la Comtesse, une femme torturée par Klaus Barbie. Selon Le Parisien, Fanny Ardant a accepté de remplacer au pied levé Isabelle Adjani. Elle rejoint ainsi Richard Berry ou Isabelle Nanty déjà confirmés au générique.
"Résistances" devrait être l'un des événements de la grille de la chaîne privée dans le courant de l'année 2014. D'après une idée originale du producteur Alain Goldman, la série, dont le scénario est signé Dan Franck, est réalisée par Miguel Courtois pour Gaumont/TF1 et produite par  Légende Films. 

 Copyright © TF1

sábado, octubre 26, 2013

Fanny Ardant en Georgia

Fanny Ardant, Master Class in Tbilisi


Fanny Ardant a tenu cours de maître à Tbilissi and she held Master Class in Tbilisi
24/10/2013

jueves, octubre 24, 2013

Fanny Ardant, conférence de presse à Tbilissi, Géorgie

French cinema and theatre actress Fanny Ardant has arrived in Georgia to hold a premiere of her third work as a film director. She is scheduled to hold a master class for students at the Marjanishvili Theatre before the premiere in the Rustaveli Cinema on October 24. Ardant was invited by the Culture Ministry and the French Institute of Georgia. 
By Giorgi Beridze 
Copyright www.georgianews.ge

Fanny Ardant à Tbilisi, Géorgie

Conferencia de Prensa en Tbilisi, Georgia

miércoles, octubre 23, 2013

Bienvenue aux hommes avec Fanny Ardant


Rencontre Fanny Ardant, une actrice mythique française, une femme énigmatique, charmeuse et profonde qui prend part au film Les Beaux jours de Marion Vernoux. Voici la femme fatale par excellence sur le Tapis rose de Catherine. 

martes, octubre 22, 2013

Fanny Ardant, au-delà du temps qui passe L’actrice raconte Les beaux jours de Marion Vernoux, sur fond d’idylle et de crise de vie


Le Devoir Entre les mains de la cinéaste Marion Vernoux (à droite), Fanny Ardant n’a pas eu peur de s’amuser avec le thème du vieillissement. 
Photo: Pedro Ruiz

Elle a conservé les cheveux blonds que son personnage portait dans Les beaux jours de Marion Vernoux. Au fil de son impressionnante carrière, Fanny Ardant, l’ultime muse et compagne de Truffaut, demeure la femme d’à côté, la maîtresse, la passionnée. Mais sur un registre inédit, elle apparaît ici en dentiste sexagénaire, nouvelle retraitée, bien mariée, ayant une liaison avec un homme beaucoup plus jeune par liberté, pour le plaisir. Ça lui plaisait : « L’amour est la seule chose intéressante, dit-elle. Ma carrière est une succession de rôles d’amoureuses. »


Le Devoir a rencontré l’actrice et la cinéaste lors de la première des Beaux jours au cinéma Excentris à la mi-septembre. Une Fanny Ardant rayonnante de générosité et de vitalité. L’amertume n’est pas sa tasse de thé. La nostalgie non plus.
 
Ses producteurs ont proposé à la cinéaste Marion Vernoux l’adaptation du roman de Fanny Chesnel, Une jeune fille aux cheveux blancs. Couguar, cette Caroline qui répond aux avances d’un homme de vingt ans son cadet ? La cinéaste de Love etc. et de Rien à faire trouve l’expression « couguar » sexiste avec sa connotation de trophée de chasse. « J’ai plutôt mis en scène une relation égalitaire et légère. Davantage que dans le roman où l’amant, endeuillé à la fois de sa mère et de sa femme, faisait un transfert sur elle. Ici, Julien est tout simplement un homme à femmes. Il les aime toutes, sans souci d’âge. »
 
Marion Vernoux a voulu transformer Fanny Ardant: des cheveux blonds, des jeans, elle qui n’en porte jamais, un débit plus lent, la beauté rieuse, mais la classe habituelle, sa marque de commerce. L’actrice ne craignait pas de s’amuser avec le thème du vieillissement. Le film aborde l’éternel triangle entre un mari sensible, blessé mais évolué (Patrick Chesnais, à son meilleur), l’amant érotomane (Laurent Lafitte) et cette femme, à la croisée des chemins de sa vie, qui s’est demandé : Pourquoi pas ? « Le temps qui reste, c’est un bon sujet au cinéma », estime Marion Vernoux. Son interprète pense de même.
 
Fanny Ardant choisit ses rôles, dit non à plusieurs propositions. « Et je n’ai jamais regretté d’avoir refusé quelque chose, dit-elle. Mais le personnage de Caroline ouvrait des pistes nouvelles pour moi. On a beaucoup travaillé son look, sa coiffure. Elle m’entraînait du côté du plaisir aussi. Si je fais ce métier, moi qui ai commencé au théâtre, c’est parce que j’estime que la beauté doit se partager. Sinon, j’avance masquée par courtoisie. Je suis l’icône d’une époque, mais je vis ailleurs, dans mes pensées, comme autrefois. J’ai toujours été une grande lectrice. Ça crée un ancrage dans l’intériorité. »
 
Au départ, sa voix grave fut considérée comme un handicap. « Les gens s’habituent à tout. Mais le danger, c’est d’être défini dans un type de rôles. Les actrices doivent porter des sentiments, des pensées, un caractère, surtout pas une classe sociale. » On l’imagine mal en domestique mal embouchée, autant l’admettre. Fanny Ardant a tout de la grande dame. « J’aimerais ça pourtant. »
 
Elle dépeint le personnage de Caroline comme une antihéroïne, qui vient de perdre sa meilleure amie, embrigadée par son travail, bien mariée mais se demandant si la vie se résume à ça. Comme une femme libre et audacieuse.
 
«Caroline se rend dans un club pour personnes âgées parce que sa famille s’inquiète pour elle, explique l’actrice. Au départ pleine d’a priori, elle rencontre des gens attachants, dont Julien, qui y travaille. Il fait bien l’amour. Ce n’est pas la passion de Phèdre pour Hippolyte. Mais grâce à lui, elle comprendra à quel point son mari est magnifique. Caroline empêchera sa liaison de tourner à la banalité. Toute relation intime est dangereuse. Elle le sait, mais la vie a plus d’imagination que nous. Elle ne l’ignore pas non plus.»
 
Dans Les beaux jours, en salle vendredi (la cinéaste a gardé le titre malgré le passage préalable de Beckett, en lien d’ironie), Caroline prend sa retraite. « L’âge aussi signifie pour d’autres que le patron vous met dehors, mais dans mon cas, c’est une question d’envie, de désir, précise Fanny Ardant. Et tant que le plaisir de jouer sera intact, je continuerai, au théâtre aussi. Le passé ne me passionne pas, mais le présent, oui. Quant à l’âge des actrices, on nous en parle dès qu’on dépasse trente ans. Je n’ai rien contre la vieillesse. Au contraire, il faut l’aborder librement. Ce sont les tabous qui emprisonnent, pas le temps qui passe. »


Fuente: Le Devoir

martes, octubre 15, 2013

Fanny Ardant

Fanny Ardant

viernes, octubre 11, 2013

Fanny Ardant en el nuevo álbum de Alex Beaupain, "Coule"

Alex Beaupain : "Coule", composé par Julien Clerc, sera son nouveau single

Le chanteur romantique Alex Beaupain n'a pas dit son dernier mot. Après "Grands soirs" et "Après moi le déluge", il vient de choisir "Coule" comme nouvel extrait de son quatrième album. Ce titre accompagnera d'ailleurs une réédition qui contiendra des duos avec Fanny Ardant, Julien Clerc ou encore La Grande Sophie. 
Au mois de mars dernier, personne n'a pu échapper à l'invasion d'Alex Beaupain dans les médias. Télévision, presse, radio... Le chanteur a eu droit à une couverture médiatique importante pour la sortie de son quatrième album "Après moi le déluge". Il faut dire qu'avec le temps, il s'est imposé comme l'une des plus belles plumes mélancoliques de la chanson française, grâce à ses bandes originales de films, notamment pour "Les chansons d'amour" ou "Les biens-aimés" de Christophe Honoré. Son titre "Au départ" a également connu son heure de gloire, et a notamment été utilisé par le Parti Socialiste lors des primaires de 2011 avant la campagne présidentielle.
 
Son album était donc très attendu. Sous forme de journal intime sombre mais plein d'espoir, le disque "Après moi le déluge" a d'abord été porté par le single "Grands soirs", une ballade au piano qui n'a pas vraiment fait de vagues dans les classements. C'est d'ailleurs pour ça que Alex Beaupain a rapidement switché avec le titre qui donne son nom à l'album, "Après moi le déluge", étonnant avec son atmosphère pop et ses synthés tout droit sortis des années 80. Là encore, le tube n'a pas été au rendez-vous mais l'artiste a tout de même rempli ses salles aux quatre coins de la France , et notamment l'Olympia lors d'un concert teinté d'humour. Pour bien finir l'année, il a choisi le titre "Coule", composé par Julien Clerc, l'une des bonnes surprises du projet, écoulé à moins de 20.000 exemplaires à ce jour.

Alex Beaupain joue donc la carte du changement en proposant un morceau pop bondissant, moins romantique que ses précédents singles. Le chanteur de 38 ans prévoit d'ailleurs de publier une réédition de son album "Après moi le déluge", qui contiendra cinq titres inédits selon un communiqué du label Capital (Universal Music). Ce sont des duos qu'a enregistrés Alex Beaupain, mais pas avec n'importe qui ! On retrouvera les voix de Julien Clerc ("Des étoiles mortes"), La Grande Sophie ("Quand je marche", Lily Kershaw ("Merci, Thank you"), Perez ("Ose") ou encore l'actrice Fanny Ardant ("Baiser tout le temps"). Peut-être monteront-ils sur la scène du Casino de Paris, le 17 décembre prochain ? Avant la capitale, le chanteur sera en concert à Cannes, Lille, Rennes ou Epinal. La billetterie est ouverte.
Julien GONCALVES
Foto Festival Kino

domingo, octubre 06, 2013

Invitada de honor en el Festival KINO

Free counter and web stats www.actricesdefrance.org
casino Contador De Visitas