miércoles, noviembre 27, 2013

Fanny Ardant en "Des journées entieres dans les arbres" de Marguerite Duras


"Des Journées Entieres dans les arbres" de Marguerite Duras. Fanny Ardant y Nicolás Duvauchelle con mise en scène de Thierry Klifa.
Con Agathe Bonitzer et Jean-Baptiste Lafarge

PORTES CLOSES DES LE DEBUT DE LA REPRESENTATION

Du 21 janvier au 30 mars 2014
Du mardi au samedi à 21h
Matinée le dimanche à 15h30 

martes, noviembre 19, 2013

17° Festival du Film Francophone d’Albi 2013


Ouverture hier soir au théâtre des 17e Oeillades - festival du film francophone d’Albi - avec Fanny Ardant en maitresse (envoûtante) de cérémonie.
Un seul mot, «bonsoir», soufflé comme un secret, et dans les travées du vieux théâtre, l’onde sensuelle de la voix de Fanny Ardant s’est propagée en vague de ravages intimes. La première invitée des 17e Œillades, festival du film francophone d’Albi, a ouvert d’un frisson collectif l’édition 2013. Blonde à la Bardot, sagement décoiffée à la Deneuve, époque parapluies, jupe cloche rose et bottines à lacets, la dernière muse de Trufffaut est venue présenter son deuxième long-métrage en tant que réalisatrice. «Cadences obstinées», avec entre autres Gérard Depardieu, était projeté hier soir en avant-première (sortie nationale le 8 janvier).
Arrivé de Toulouse où elle a fait halte le temps d’une interview télé, c’est avec beaucoup de douceur qu’elle a raconté au public albigeois la difficulté de trouver un producteur, rendant hommage au portugais Paulo Branco : «là où tout le monde me claquait la porte lui, il l’a ouverte. Qu’il en soit remercié».
Pourquoi venir à Albi a raconté Fanny, surprise qu’un journaliste le lui ait demandé : «J’ai trouvé la question bizarre, c’est une ville qui m’a invitée. Dans une ville cinéphile avec un festival et l’amour du cinéma, on se sent toujours à la maison».

Un débat sous le charme

Laissant les 400 spectateurs du théâtre (pas tout à fait complet) découvrir son film, l’actrice s’est esquivée pour une séance photo improvisée. «Vous avez de la chance, elle n’aime pas les photos, elle est très timide» a glissé la distributrice du film. Revenue sur scène pour répondre aux questions d’un public resté en nombre, l’actrice a pris un plaisir visible à raconter l’histoire du film, dansant d’un pied sur l’autre, le regard en voyage et la main tendue pour parler d’amour. «Prend garde à la douceur des choses qui peut te faire abandonner la rigueur» a-t-elle encore soufflé. Un conseil sans effet face un public totalement envoûté.

lunes, noviembre 18, 2013

Fanny Ardant Ce soir 20h30 au théâtre des Lices


La comédienne, qui est passée derrière la caméra, lance ce soir, le festival des Œillades, au théâtre des Lices, avec son film, en avant-première, «Cadences obstinées».
Ce soir, le festival des Œillades s’ouvre sur le film «Cadences Obstinées», la deuxième réalisation de Fanny Ardant dans laquelle elle dirige Asia Argento, Nuno Lopes ou encore Gérard Depardieu. La comédienne passe de l’autre côté des caméras et sera présente sur la scène du théâtre pour rencontrer les festivaliers.

Le premier contact entre Fanny Ardant et l’équipe du festival des Œillades s’est fait par une affiche. Dans les couloirs du marché du film, elle attire les regards de Claude et Monique Martin. La suite est question d’organisation et d’adaptation face à une personnalité troublante et désireuse de partager son univers. «Nous avons pris contact avec Alfama, le distributeur, en septembre», relate Monique. «Nous n’avions jamais travaillé ensemble mais l’accueil a été très favorable. Elle a vraiment à cœur de défendre son film». La projection est choisie pour faire l’ouverture. Initialement prévue un mardi, elle est exceptionnellement avancée au lundi, afin de rentrer dans le planning serré de l’artiste. Ce soir, le tapis rouge lui sera donc entièrement dédié. Sur l’écran, «Cadences obstinées», dont la sortie est annoncée en janvier, est un film esthétisant où les plans se ressentent comme un tableau.

A l’issue de la projection, Fanny Ardant prendra le temps d’échanger avec le public. Si les organisateurs ont eu peu l’occasion de discuter plus avant avec elle, une rencontre au dernier festival d’ Auch les a rassuré dans sa capacité à tenir une salle en haleine, exacerbée par sa fonction, cette fois-ci, de réalisatrice. «Au delà de sa voix qui pose d’emblée le personnage, elle est une débatteuse très intéressante. Ses discussions sont vivantes, animées. Elle s’intéresse à tout l’aspect technique, le point de vue, la lumière». La soire s’annonce envoutante.
Ce soir 20h30 au théâtre des Lices

jueves, noviembre 14, 2013

Cadences Obstinées

Entretien avec Fanny Ardant à l’occasion des Rencontres du Cinéma Francophone en Beaujolais qui nous parle de son film, CADENCES OBSTINEES.

martes, noviembre 12, 2013

Foto de Dominik Fusina


"Ce soir, rencontre avec Fanny Ardant dans le cadre des Rencontres du Cinema Francophone en Beaujolais (18e Edition). Une grande actrice et aujourd'hui réalisatrice à la voix envoutante et au charme toujours intact."
 
©2013, FUSINA Dominik - All rights reserved

domingo, noviembre 03, 2013

Rencontre Fanny Ardant et Marion Vernoux


Merci CinéTFO

sábado, noviembre 02, 2013

Fanny Ardant tourne à l’Esog



Drôle de scène, hier, dans le manège de l’ancienne école de sous-officier de gendarmerie : croix gammée, claquements de bottes, et bras tendu… L’Esog transformé en tribunal de guerre expéditif, la reconstitution fait froid dans le dos. Après un premier passage dans le Libournais, en octobre, à Castillon-la-Bataille, une petite excursion au Pays basque, à Saint-Jean-de-Luz, puis un détour dans l’Entre-deux-Mers, et par Saint-Denis-de-Pile en début de semaine, l’équipe de la série « Résistances » a posé ses caméras à Libourne. Ce matin encore, le tournage se prolonge dans la salle des mariages, à l’hôtel de ville, avec l’actrice Fanny Ardant qui joue le rôle d’une comtesse torturée par Klaus Barbie. Réalisé par Miguel Courtois, le feuilleton sera diffusé la saison prochaine sur TF1. Photo S. K.

Free counter and web stats www.actricesdefrance.org
casino Contador De Visitas